16 avril 2008

J'ai toujours rêvé d'être un gangster

    Enfin moi non, mais les personnages de Benchetrit oui..! Ils ont tous cela en commun même si pour certains c'est un rêve accompli. Et tous gravitent dans le film autour du même centre : une cafeteria glauque perdue non loin d'une Nationale. On y retrouve du beau monde : Anna Mouglalis, Edouard Baer, Jean Rochefort, Alain Bashung et Arno.
Plusieurs saynettes composent  ce film. Tout d'abord Edouard Baer et Anna Mouglalis, 2 apprentis braqueurs qui se découvrent. Puis un couple d'amis en détresse qui décident de kidnapper une ado, qui se revèle être suicidaire. Enfin le clan des anciens braqueurs qui retournent à l'endroit de leur planque, et un face à face entre Alain Bashung et Arno. Le tout en black'n'white, souvent hilarant, mais parfois on ne sait plus trop si on a envie de rire ou de pleurer tant les regards perdus des acteurs sont expressifs et pénétrants. Toute la détresse humaine des illusions perdues...pour ne pas reprendre Balzac..! Un concentré d'émotions, de cynisme et de burelesque.                        
Image_3

Et maintenant, et en exclusivité, la traduction de mon post en Ch'ti ! Ba oui, fo po les oublier hein?!

J'ai toujours rêvé d'être un nonoche

    Enfin moi non, mais les personnages ed' Benchetrit oui..! Ils ont tous cela en commun même chi pour certains c'est un arsoule accompli. Et tous gravitent dans l'quinquin autour deul' biloute centre : une cafeteria glauque perdue non loin d'une Nationale. On y retrouve deul' tchiot biloute monde : Anna Mouglalis, Edouard Baer, Jean Rochefort, Alain Bashung et Arno.
Plusieurs chaynettes composent ch'film. Tout d'abord Edouard Baer et Anna Mouglalis, 2 apprentis braqueurs qui che découvrent. Puis un cococolo d'amis en détresse qui décident d'inclinquer une ado, qui che revèle être chuicidaire. Enfin l'galaffe ed' anciens braqueurs qui retournent à l'endroit ed' leur planque, et un nonoche à face entre Alain Bashung et Arno. L'tchiot biloute en black'n'white, chouvent hilarant, mais parfois on ne chait plus trop chi on a envie ed' rire ou ed' quehir tant les regards perdus ed' acteurs chont expressifs et pénétrants. Toute l'fricadelle humaine ed' illusions perdues...pour ne pas reprendre Balzac..! Un ch'Nord d'émotions, ed' cynisme et ed' burelesque.

Posté par owie à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur J'ai toujours rêvé d'être un gangster

Nouveau commentaire